Articles récents

  • Question de Bernard Roman au Premier ministre
        Monsieur le Premier ministre, En annonçant aux Français votre nomination au poste de Premier...
  • MESSAGE RECU
        Il fallait une réponse à la hauteur de l’impatience et de la déception qui se sont exprimées dans les...
  • Engagez-vous !
        La gauche depuis dimanche soir affiche clairement ses objectifs : se rassembler pour combattre...
Liste complète
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 15:39

 

 

Monsieur le Premier ministre,

En annonçant aux Français votre nomination au poste de Premier ministre, le président de la République a souligné l’exigence de justice sociale qui inspire sa politique et que vous avez la charge de mettre en œuvre avec votre gouvernement.

Près de deux ans après l’élection de François Hollande, les inégalités qui s’étaient considérablement creusées sous le quinquennat précédent ont commencé à être corrigées : départ à la retraite dès 60 ans pour les carrières longues et revalorisation des carrières des femmes ; instauration  du compte personnel de formation et des droits rechargeables à l’assurance chômage ; doublement du nombre d’étudiants bénéficiaires de bourses, réforme des stages, revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire, pour ne citer que quelques-unes des mesures votées ces derniers mois.

Ces avancées sont à mettre au crédit de votre prédécesseur Jean-Marc Ayrault et vous avez désormais la mission d’amplifier cette ambition de justice sociale en donnant corps au pacte de responsabilité et de solidarité sur lequel le Parlement vous a accordé hier sa confiance.

Vous avez annoncé dans cet hémicycle des mesures fortes et justes en faveur des catégories les moins favorisées.

Les cotisations acquittées par les salariés seront diminuées dès le 1er janvier 2015 pour les salaires au niveau du Smic, pour procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire, ce qui représente un gain de pouvoir d’achat équivalent à un demi treizième mois, avec une répercussion sur les salaires jusqu’à 1,3 Smic.

Vous avez aussi confirmé des allègements fiscaux au profit des ménages modestes qui sont entrés dans le champ de l’impôt sur le revenu ces dernières années alors que leur situation ne s’était pas améliorée.

A deux jours de votre rencontre avec les partenaires sociaux avec lesquels vous souhaitez poursuivre un dialogue constructif, et à quelques semaines de la présentation de la loi de finances rectificative qui déclinera les mesures fiscales, pouvez-vous préciser devant la représentation nationale les modalités de ces dispositions qui constituent une première réponse, rapide, concrète, efficace, aux inquiétudes que les Français ont formulées.

 

 


Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mardi 1 avril 2014 2 01 /04 /Avr /2014 14:22

 

 

Il fallait une réponse à la hauteur de l’impatience et de la déception qui se sont exprimées dans les urnes à l’occasion de ces municipales. Donnons acte au président de la République de sa promptitude à réagir, de la responsabilité de son propos, et de la fermeté de son engagement à ouvrir « une nouvelle étape ».

Lucide sur le mécontentement des Français face à la lenteur du changement en matière d’emploi, de croissance, d’efficacité de l’action publique, François Hollande a décidé de confier à Manuel Valls la conduite d’un « gouvernement de combat ».

Il assigne au nouveau Premier ministre trois objectifs précis : redonner de la force à notre économie, garantir la justice sociale, apaiser et rassembler les Français.

Ces trois priorités ont un évident dénominateur commun : la justice sociale.

Le chef de l’Etat promet ainsi  que des contreparties en matière d’embauche et d’investissement seront fixées dans le cadre du pacte de responsabilité, dont l’enjeu est de redonner force à notre économie pour lutter contre le chômage, première des injustices.

Il assigne en outre à ce pacte l’ambition de « produire mieux, de produire en France, de produire différemment », en particulier en engageant la transition énergétique, décision indispensable au moment où le rapport du Groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (GIEC) confirme les dégâts dramatiques causés par le réchauffement climatique.

Le président de la République s’engage aussi à réduire les impôts des ménages d’ici la fin du quinquennat et à initier dès cette année une baisse des cotisations payées par les salariés, afin de favoriser l’augmentation de leur pouvoir d’achat.

Enfin, il entend agir pour desserrer les contraintes du pacte de stabilité budgétaire afin de conduire l’Europe à tenir compte de la contribution de la France à la compétitivité et à la croissance.

Jean Jaurès donnait une très belle définition de ce qu’il appelait « la vraie politique » : « Un ensemble d’idées générales et de sentiments généreux aboutissant le plus rapidement possible à des réformes effectives, toutes concordantes, même les plus diverses, parce qu’elles sont systématiquement dirigées vers le droit absolu, toutes passionnées, même les plus réfléchies, parce que la passion de l’idéal en est l’âme, toutes profondes même les plus modestes, parce qu’elles préparent toutes, par les moyens les plus décisifs, la pleine justice qui renouvellera jusqu’au fond les sociétés ».

Lorsque le président de la République assure avec sincérité qu’il « n’oublie pas qui l’a élu, ni pourquoi », je sais qu’il exprime cette fidélité à l’histoire collective des socialistes que nous partageons tous : elle nous guide aujourd’hui dans la nécessité de surmonter l’épreuve actuelle et de réussir avec et pour tous les Français.

 


Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Mardi 25 mars 2014 2 25 /03 /Mars /2014 11:20

 

 

La gauche depuis dimanche soir affiche clairement ses objectifs : se rassembler pour combattre la droite et l’extrême-droite, et permettre la mise en œuvre de politiques de solidarité à l’échelle municipale.

La gauche affirme aussi ses valeurs : défendre les principes républicains en faisant barrage au Front national.

La comparaison avec l’attitude de l’opposition est édifiante. Les ambiguïtés de l’UMP ne doivent tromper aucun Français. Ce parti a annexé les thématiques de l’extrême-droite durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, lui-même porte-parole de l’idéologie de Patrick Buisson. Il y a bien à droite un « avant Nicolas Sarkozy » », où toute compromission avec le Front national était exclue, et un « après Nicolas Sarkozy », exprimé dans la formule du « ni-ni », symbole d’une capitulation, d’une lâcheté, et d’une trahison des valeurs de notre démocratie.

Cette non-position que déclinent les différents ténors de l’UMP depuis dimanche revient en réalité à faire la courte échelle à l’extrême-droite. La seule manière de contrecarrer cette tactique est de se mobiliser pour rappeler avec force dimanche prochain notre attachement collectif aux valeurs précieuses que défend et incarne notre pays.

L’abstention n’est pas la meilleure manière d’exprimer un sentiment de découragement et d’impatience qui est compréhensible mais que la non-participation aux choix démocratiques du pays ne résoud pas. L’abstention du premier tour est un message : il faudra qu’il soit entendu. Mais elle n’apporte aucune réponse.

Stéphane Hessel, dans son ouvrage « Indignez-vous ! », prévenait : « L’exaspération est un déni de l’espoir. Elle est compréhensible, je dirais presque qu’elle est naturelle. Mais pour autant elle n’est pas acceptable, parce qu’elle ne permet pas d’obtenir les résultats que peut éventuellement produire l’espérance ». M’appuyant sur la profonde humanité de ce message, qu’il me soit permis de dire à tous les électeurs : « Engagez-vous ! », votez !

 


Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Bienvenue...


Parce que j’ai toujours considéré qu’en ma qualité d’élu je devais rester en contact permanent avec vous, et parce que je sais combien il est important pour chaque citoyen de trouver un espace d’expression et de dialogue, j’ai ouvert ce blog, d'une part, pour vous permettre de prendre connaissance de mon activité politique, de mes engagements, voire, de mes coups de gueule, et d'autre part, pour vous offrir la possibilité d’échanger avec moi sur des sujets d’actualité.

 

  Vos commentaires m'intéressent,

bienvenue sur mon blog.

 
Bernard Roman

 

 

 contact@bernard-roman.org


Et retrouvez-moi sur Twitter @bernardroman59

 


 


 

Me joindre

Permanence parlementaire
165 rue d'Arras
59000 Lille
Tél. 03 20 52 09 20
Fax.03 28 54 01 37
contact@bernard-roman.org



Siège de Région
151 avenue du Président Hoover
59555 Lille cedex
Tél. 03 28 82 50 01
Fax.03 28 82 59 01

Recommander

RSS

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés